Accueil arrow Fille de son Fils (Maurice Zundel)
Fille de son Fils Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 

     Le dernier chant de la Divine Comédie s’ouvre par ces mots : "Vierge mère, fille de ton Fils ; humble et haute plus que toute créature, terme fixé d’un éternel conseil, tu es celle qui ennoblit la nature humaine de telle manière que son Créateur ne dédaignât point de se faire sa créature".
C’est admirable ! Marie est donc la fille de son fils. Elle a été précisément enfantée à la grâce par le rejaillissement anticipé de la grâce du Christ sur elle. Elle est d’abord la fille de son Fils. Et c’est précisément ce qui sera mis en valeur dans toutes les définitions dogmatiques au sujet de la très sainte Vierge. C’est ce que la plupart des chrétiens ignorent : le christocentrisme rigoureux du culte marial dans l’Église. Le centre du culte marial, c’est le Christ.
     Il est donc certain que l’économie rédemptrice, le plan divin concernant l’humanité, serait mutilée s’il n’y avait pas, à côté du second Adam, la seconde Ève. Il y a donc un couple mais, comme c’est un couple unique, un couple qui ne se situe pas dans la série des générations charnelles, mais un couple qui doit conduire toute l’espèce et donner un sens à toute l’Histoire, ce couple ne peut pas être lié par un lien charnel. Il ne peut être lié que par un lien de grâce, que par un lien qui se situe aux racines de la personne. Et c’est pourquoi ce couple n’est pas un couple d’époux, c’est un couple qui sera constitué par la filiation et par la maternité.
     Mais, il importe de le souligner, la filiation sera d’abord du côté de Marie, car la primauté dans ce couple appartient éternellement à Jésus. Et c’est pourquoi Marie sera d’abord la fille de son Fils dans l’ordre de la grâce, avant de devenir sa mère selon la chair. Elle entre donc éminemment dans l’ordre de la Rédemption, elle est la "première des rachetés" et c’est par là que justement se réalise la magnifique intuition de Dante : "Elle est la fille de son Fils".
Il est extrêmement émouvant de voir que la Bulle de Pie IX : "Ineffabilis Deus" souligne qu’elle a été rachetée de manière éminente. Elle définit l’Immaculée Conception en nous présentant Marie comme la première des rachetés.
     Ce couple unique est donc formé par cette mystérieuse réciprocité : Marie est la fille de Jésus dans l’ordre de la grâce, qui va chez elle jusqu’aux racines de la personne, et qui atteint le premier instant de son existence pour l’ordonner à Jésus, afin de faire d’elle le vivant berceau de Jésus, dont elle deviendra la mère par la surabondance de sa contemplation, dans cette maternité de toute la personne, qui fait d’elle la mère non seulement du Christ, mais de tout le genre humain dans l’ordre de la Rédemption.
     Marie, qui descendait normalement et par la génération charnelle du premier Adam, aurait dû être atteinte par le péché originel, c’est-à-dire naître privée des dons surnaturels et préternaturels qui étaient l’apanage du premier Adam. Mais, cette obligation d’être assujettie au péché originel a été prévenue par le choix de Dieu qui faisait refluer sur elle la grâce du Christ, une grâce qui prévient en elle ce péché originel, qu’elle aurait dû contracter en raison de sa descendance à partir du premier Adam. En sorte que Marie a été plus rachetée que tous les autres, puisqu’elle a reçu en surabondance la grâce divine, qui non seulement a effacé en elle le péché originel mais l’a prévenu.

 

Maurice Zundel
Silence, parole de vie, p. 223-225
Lect. Cîteaux

 

 
< Précédent
ICI - Images Communication Impressions © 2007