Accueil arrow Tu aimeras…(St Bernard)
Tu aimeras… Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur »

      J'ai lu que Dieu est amour (1Jn 4,16), non pas qu'il serait honneur ou dignité. Ce n'est pas que Dieu ne veut pas être honoré, puisqu'il dit : « Si je suis votre Père, où est l'honneur qui me revient ? » (Ml 1,6) Il parle là en père. Mais s'il se montrait époux, je pense qu'il changerait de discours et dirait : « Si je suis votre Epoux, où est l'amour qui m'est dû ? » Car déjà il avait dit : « Si je suis votre Seigneur, où est la crainte que vous me devez ? » (ibid.) Il demande donc d'être respecté comme Seigneur, honoré comme Père, aimé comme Époux.

 
     Entre ces trois sentiments, lequel a le plus de prix ? L'amour, sans aucun doute. Car sans amour, le respect est pénible et l'honneur reste sans retour. La crainte est servile, tant que l'amour ne vient pas l'affranchir, et un honneur qui n'est pas inspiré par l'amour n'est pas honneur, il est adulation. A Dieu seul, certes, honneur et gloire, mais Dieu ne les accepte qu'assaisonnés du miel de l'amour.

        
      L'amour se suffit, il plaît par lui-même, il est son propre mérite et sa propre récompense. L'amour ne veut pas d'autre cause, pas d'autre fruit que lui-même. Son vrai fruit, c'est d'être. J'aime parce que j'aime. J'aime pour aimer... De tous les mouvements de l'âme, de ses sentiments et de ses affections, l'amour est le seul qui permette à la créature de répondre à son créateur, sinon d'égal à égal, du moins de semblable à semblable (cf Gn 1,26).
 St Bernard, Sermon 83
sur le Cantique des Cantiqu
es. 
 
< Précédent   Suivant >
ICI - Images Communication Impressions © 2007